Les Parfums "naturels" - Mythe ou réalité ?


Les produits naturels sont à la mode... et c'est tant mieux ! Mais de tous ces produits qui se prétendent "naturels", se dégage souvent un flou pas toujours artistique.


Chez Zeste de Patine, nous répondons plusieurs fois par jour à cette question : "Vos parfums sont-ils naturels ?" Nous avons bien creusé le sujet et, on vous l'avoue, ça nous énerve un peu quand certains jouent avec les attentes (bien légitimes) des consommateurs responsables.



Si, historiquement, tous les parfums étaient totalement naturels, créés depuis des matières premières végétales, animales ou minérales, à partir du 19ème siècle, la parfumerie de synthèse fait son apparition et permet, certes, de réduire drastiquement le coût de production des parfums, mais surtout de créer une palette d'odeurs bien plus étendue et disponible en permanence, sans avoir à se soucier des saisons ou des récoltes.


Dans l'inconscient collectif, le "naturel" est par essence positif, bon pour la nature, bon pour la santé, à l'inverse des produits de synthèse qui ont une connotation négative.


Les parfums de synthèse englobent à la fois des molécules de synthèse "identiques nature" (c'est-à-dire des molécules isolées ou reproduites en laboratoire, mais que l'on retrouve également dans la nature), et des molécules de synthèse "artificielles" (c'est-à-dire non retrouvées telles quelles dans la nature). Ces molécules artificielles ont permis de passer de 500 notes olfactives "naturelles" (au grand maximum) à plus de 3000 notes permettant de constituer les orgues à parfum, meuble permettant au parfumeur de ranger et classer ses flacons.


Orgue à parfums

Les molécules de synthèse ont permis non seulement de nous offrir de nouvelles familles olfactives qui n'existent pas à l'état naturel (fragrances vertes, fruitées, gourmandes, marines, musquées, etc.), mais surtout de reproduire de nombreuses odeurs de fleurs fraîches qu'il est impossible d'extraire de manière naturelle. En effet, 90% des fleurs qui existent dans la nature sont "muettes", ce qui veut dire que leur odeur ne s'extrait pas ou n'est pas assez rentable pour en faire une huile essentielle ou une absolue. C'est le cas notamment du muguet, du lilas, de la pivoine, de la jacinthe... Il faut par exemple de 3 à 5 tonnes de pétales de roses pour extraire 1kg d'huile essentielle de rose !


A l'heure actuelle, on estime que moins de 5% des parfums sont des parfums naturels. De plus, les parfums de synthèse permettent également d'éviter l'exploitation intensive de matières premières protégées ou menacées d'extinction.


Malgré cela, il subsiste un malentendu concernant les risques de la parfumerie de synthèse et la parfumerie naturelle : la plupart des consommateurs pensent que la parfumerie naturelle est sans risque contrairement à la synthèse. Or, un parfum contenant des produits de synthèse sera plus linéaire et plus stable sur de nombreux supports (tissus, peau... et bougies !). Il sera aussi plus tenace et aura plus de sillage. Un parfum naturel n'exclut pas non plus les risques d'allergies, parce que, par définition, un produit naturel (comme la cire de soja 😉😉) bouge, vit, change, contrairement à un produit de synthèse qui est stable et qui n'évolue pas. Une huile essentielle naturelle contient plusieurs centaines de molécules, ceci multipliant également le risque de tomber sur une molécule allergisante, comme par exemple l'iso eugenol dans l'huile essentielle de rose. Alors que la synthèse permet au contraire de retravailler ces molécules pour limiter les risques d'allergies.


Au final, les molécules de synthèse, loin d'être les ennemies de la parfumerie, ont permis de développer celle-ci, de la rendre plus accessible, d'ouvrir le champ des possibles pour les parfumeurs et de laisser ainsi libre cours à leur créativité. La qualité d'un parfum ne peut donc pas se juger sur le taux d'ingrédients naturels qu'il contient, mais sur sa sélection de matières premières.




Tous nos parfums sont conformes au Code de Pratique de l'IFRA (International Fragrance Association), qui représente l'industrie du parfum à l'international. Les standards IFRA (réglementation cosmétique de l'UE N° 1223/2009) sont prévus pour obtenir un produit de parfumerie sûr pour le consommateur.



Publications
Publications récentes
Recherche par Tags
Suivez-nous
  • Facebook Clean
  • Twitter Clean
  • Instagram Clean
  • White YouTube Icon
  • RSS Clean